Site officiel d'Anaïs Crochet

header
Page mise à jour le : 22/04/2012

Les sangliers

Cette page a pour but de vous donner quelques connaissances sur mon animal préféré: Le sanglier. Si vous voulez savoir d'où me vient cette passion, rendez-vous sur la page des rencontres. La rédaction de cet article est grandement inspirée de l'article sur les sangliers du site Wikipédia.


L'animal

Présentation générale

Le sanglier (Sus Crofa) est un mammifère omnivore qui vit dans les forêts des zones tempérées. L'espèce appartient à la famille des Suidés1 comme son cousin le porc.
La femelle du sanglier s'appelle la laie, et ses petits les marcassins. D'autres noms sont employés suivant l'âge du sanglier comme bête rousse pour les jeunes.
Le mot sanglier vient à l'origine du latin "singularis" qui signifie unique car le mâle ne vit en groupe que 2 ans. C'est aussi pour cette raison que le sanglier mâle adulte est parfois surnommé "le solitaire".
Sa tête, appelée hure, a une forme globalement conique. Le pelage est constitué de longs jarres très rêches (les soies) ainsi que d'un épais duvet.
Les adultes sont de couleur gris-brun uniforme, les marcassins eux sont roux avec des bandes noires horizontales ce qui leur permet de se fondre dans le paysage des feuilles tombées en automne.
Les oreilles (ou écoutes) triangulaires sont toujours dressées. Les canines parfaitement développées; celles de la mâchoire supérieure, les grès, se recourbent vers le haut durant leur croissance.


Anatomie_sanglier

Caractéristiques


Habitat

Le sanglier affectionne particulièrement les zones arborées disposant de points d'eau. Cependant il est relativement ubiquiste 2 et on peut le rencontrer dans de nombreux autres types de milieux. Il évite simplement les grandes zones trop à découvert.
Il est présent dans de nombreuses régions d'Europe (une partie du Danemark, des Pays-Bas, de Belgique, d'Italie, d'ex-Yougoslavie...) et d'Asie, ainsi qu'en Afrique du Nord. Il a disparu des Îles Britanniques.


sanglier_habitat

Éthologie3

Le sanglier est (ou est devenu pour échapper à l'Homme) essentiellement nocturne. Il est plutôt sédentaire et apparemment attaché à son territoire quand il est entouré d'obstacles, mais dans un milieu qui lui convient, il peut parcourir plusieurs dizaines de kilomètres dans la nuit et son aire vitale peut atteindre de 100 hectares à plus d 1 000 ha. Il sélectionne ses habitats selon la saison, l'heure du jour ou de la nuit et ses besoins alimentaires.
Les déplacements importants d'individus ou de groupes sont supposés induits par le manque de nourriture ou d'eau, le dérangement (poursuite par les chiens, chasse en battue, chantier, etc.). Les sangliers peuvent ainsi, seuls ou en groupe, parcourir des distances très importantes, traverser des fleuves et des routes, ce qui occasionne de nombreuses collisions avec des véhicules (« Roadkill »). Néanmoins, les individus semblent généralement ensuite chercher à revenir sur leur territoire.
Le sanglier, omnivore et volontiers fouisseur, consomme de très nombreuses parties d'un grand nombre de végétaux (tubercules, rhizomes fruits dont les glands et les noix, céréales, etc.), des champignons (dont champignons à fructification souterraine tels que truffe ou truffe du cerf), de nombreux animaux (vers, mollusques, insectes et leurs larves, petits mammifères, lissamphibiens, oiseaux et autres sauropsides) morts ou vivants. S'il est affamé, il est réputé pouvoir occasionnellement s'attaquer à un animal plus grand mourant, voire à une brebis en bonne santé, en particulier lors de la mise-bas. Il se montre volontiers nécrophage.
Régulièrement, les sangliers se vautrent dans la boue dans des lieux appelés « souilles », et se frottent avec insistance contre les troncs d'arbres avoisinants, pour se débarrasser d'un certain nombre de parasites, pour réguler leur température corporelle et marquer leur territoire. Ils dorment dans de petites dépressions du sol, sèches, bien dissimulées, nommées « bauges ».
Les compagnies ou hardes de sangliers sont constituées d'une ou plusieurs laies suivies de leur progéniture. Les ragots (sangliers de 2 à 4 ans) ferment la marche lors des déplacements, mais sont remplacés par des mâles plus âgés en période de rut. Les cortèges sont souvent bruyants, non seulement par le bruit lourd des pas, mais aussi par les grognements, cris, soufflements et autres reniflements. Cependant, les sangliers savent se montrer discrets et silencieux s'ils se sentent menacés. À l'approche de l'homme, le sanglier prend généralement la fuite avant qu'on ne l'ait détecté et peut se montrer étonnamment agile et rapide. Une laie pressentant un danger pour ses marcassins, peut se montrer dangereuse et charger, ou attaquer un chien, de même qu'un adulte blessé. Irrité, un sanglier claque violemment des dents ; on dit alors qu'il « casse la noisette ».


sanglier_harde

Reproduction

Le rut s'étale d'octobre à janvier avec une activité importante dans les mois de novembre et décembre. Lors d'affrontements violents entre mâles, des blessures parfois importantes peuvent être occasionnées. La gestation dure 3 mois, 3 semaines, 3 jours (soit 114 à 116 jours), la laie met bas dans le chaudron4, de 2 à 10 marcassins aux yeux ouverts. Le nombre de petits est corrélé au poids initial de la femelle (40 kg : deux petits, 60 kg : quatre petits), mais dans le sud de la France les populations de sangliers ont été recréées ou renforcées par des hybrides de cochon domestique dans le but d'augmenter la prolificité. L'allaitement dure 3 à 4 mois, mais les jeunes sont aptes à suivre la mère dans ses déplacements dès la fin de leur première semaine. Bien que capables de subvenir à leurs propres besoins vers l'âge de six mois, ils demeureront dans le groupe familial encore une ou deux années.


marcassins

Écologie

Le sanglier semble jouer des fonctions complexes et importantes au sein des écosystèmes qu'il fréquente. Il aère et décolmate les sols forestiers en recherchant tubercules et champignons, dont les truffes et en particulier la truffe Elaphomyces granulatus dont il contribue à diffuser les spores (avec l'écureuil et quelques micromammifères fouisseurs qui consomment également ce champignon dont la fructification est totalement souterraine). Or ce champignon joue un rôle probablement important dans la structure des sols et en matière de mycorhization.
Quand le sanglier creuse sa souille et s'y roule, et quand il se frotte sur les arbres, il se débarrasse de ses parasites, mais contribue aussi à disperser des spores et graines enfouies il y a des décennies voire des siècles, qui pour certaines ont conservé leurs propriétés germinatives (banque de graines du sol). Il peut lors de ses déplacements, en quelques heures, les transporter et littéralement les « semer » jusqu'à des dizaines de kilomètres à la ronde (un sanglier peut parcourir 20 à 30 km en une seule nuit). Ces graines et spores étant entourées de boue et réchauffées au contact de son corps ont plus de chances de germer.
Là où il est très anormalement abondant suite à la disparition de ses prédateurs sauvages et suite au nourrissage (alimentation artificielle) ou à des plans de chasse qui l'ont fortement favorisé, il semble pouvoir, avec le chevreuil jouer un rôle dans l'augmentation du nombre de tiques dans les forêts européennes, et il occasionne des dégâts dans les champs, prairies et parfois dans les jardins en y mangeant, parfois en retournant profondément les sols(boutis).


sangliers_boues

Le sanglier dans l'Histoire

Mythes et symboles

La symbolique du sanglier est très riche chez les Celtes mais également présente, et de façon généralisée dans les mythes indo-européens : la Grèce mycénienne, l'Inde védique, chez les Germains laissant imaginer une origine commune. Il représente la force et le courage mais aussi la Connaissance et a un rapport avec l'Au-delà. Les Celtes le considèrent comme un animal sacré. Des têtes de sanglier ornent les armes et sa viande accompagne les défunts dans leur dernier voyage. Son rôle est à rapprocher de celui du taureau dans les mythologies des origines de l'Europe. Le sanglier est donc l'attribut des druides et certains se faisaient même appeler « sanglier ». Le Moyen Âge européen a repris cette symbolique dans l'Héraldique où le sanglier est très représenté (notamment dans les Ardennes), et aussi dans le vocabulaire de l'escrime (garde de la « dent du sanglier »).
Chez les Indo-Européens, le sanglier symbolise en fait la caste sacerdotale tandis que l’ours correspond à la caste guerrière. Le sanglier est le troisième Avatar (Descente, incarnation) du Dieu Vishnou, Varaha, chargé de sauver la Déesse Terre (son épouse) d'un démon des eaux d'un déluge. C'est donc un animal particulièrement sacré en Inde. Le quatrième des 12 travaux d'Hercule était de rapporter vivant le sanglier d'Érymanthe.
En astrologie chinoise, le sanglier est considéré comme un signe particulièrement auspicieux et un gage de loyauté.
Le sanglier est le symbole des Ardennes où il abonde. Il en est devenu la mascotte. En effet, la sculpture du "plus grand sanglier du monde": Woinic, symbolise le département des Ardennes. Il est aussi le symbole du premier club de football du département, le Club Sportif Sedan Ardennes, étant représenté sur l'écusson du club depuis ses débuts. Il est enfin le symbole du régiment des Chasseurs ardennais caserné à Marche-en-famenne (Belgique).
Dans la bande dessinée Astérix, les Gaulois, notamment Obélix, sont connus pour leurs rôtis de sanglier (historiquement, les Gaulois ne semblent pas avoir chassés de sangliers, animal sacré).
L'écrivain allemand Ernst Jünger a écrit un court récit intitulé La Chasse au sanglier.
Bien qu'assez peu représenté sur les peintures et gravure rupestres, on sait par les archéologues qu'il était chassé durant la préhistoire. Il est possible qu'il ait dans les derniers millénaires, alors que se développaient les populations humaines de chasseurs-ceuilleurs, profité du recul des grands prédateurs tels que lion des caverne, tigre à dent de sabre, ours des cavernes. En occident, dans l'antiquité romaine, germano-gauloise et galloromaine, sa chasse semble avoir été particulièrement valorisés. L'animal était considéré comme courageux et fort et se battant jusqu'au bout. Le chasser devient un combat entre le guerrier et le sanglier. Combat singulier où l'homme doit supporter les cris, les coups et l'odeur de la bête. Le vaincre est un exploit. Ces qualités sont aussi reconnus chez les Romains comme chez les Germains, qui semblent avoir fait de la chasse au sanglier un rituel initiatique indispensable du guerrier pour devenir libre et adulte. Les Celtes en on fait un gibier de rois, et une chasse symbolique.
Cette tradition continue tout au long du Haut Moyen-Age mais s'inverse aux alentours du XIIIe siècle, d'abord en France et en Angleterre puis en Italie et en Allemagne aux siècles suivants. Le sanglier et sa chasse sont progressivement dévalorisés. Le sanglier n'est plus le gibier des rois et des princes, il perd cette qualité au profit du cerf qui lui est opposé. L'une des raisons serait que la chasse au sanglier demande peu d'espace contrairement à la chasse au cerf, les grands seigneurs auraient alors "laissé" sa chasse aux seigneurs moins importants. La chasse au cerf serait devenue un moyen de se démarquer pour les seigneurs ayant des forêts assez vastes pour se la permettre. L'autre raison principale de cette dévalorisation a été la "propagande" de l'église. Les qualités du sanglier vantées à l'époque antique en font pour l'église l'animal des païens, voire l'animal du diable. L'église va tourner toutes ses qualitées en défauts, sa force et son courage deviennent de la férocité. Le cerf, auquel ils l'opposent aussi, a lui toutes les vertus, c'est le christ des animaux. Avec le temps, et récemment, la chasse au sanglier devient aussi le moyen de se débarasser d'animaux dangereux qui abiment les cultures.


sangliers_mythologie

Le sanglier en héraldique5

En règle générale, le sanglier apparaît dans les blasons, de profil, et passant c'est-à-dire semblant avancer, trois pattes au sol, une patte avant levée. Il est dit "défendu" si ses défenses sont d'une couleur différente de celle du corps.


sangliers_blason



1 Les suidés, ou porcins, sont une famille de mammifères non ruminants, dont les canines sont développés et dont les pattes ont quatre onglons.
2 Se dit d'un organisme animal ou végétal que l'on rencontre partout.
3 Étude du comportement des diverses espèces animales.
4 Excavation plus ou moins aménagée dans la végétation basse.
5 Science du blason, c'est-à-dire l'étude des armoiries.

Copyright © 2011-2019, tous droits réservés.
Le contenu de ce site (texte et photos) est la propriété de son auteur, il ne peut être reproduit sans autorisation, même partiellement.